Mme Lirola - Coordinatrice du pôle enfance et famille ADIAF-SAVARAHM - 21.07.18

Aller en bas

Mme Lirola - Coordinatrice du pôle enfance et famille ADIAF-SAVARAHM - 21.07.18

Message par emilie le Mar 28 Aoû - 10:00

Présentation du service :
Association d'aide à domicile sur le Rhône conventionnées par la CAF pour l'est et le centre du département.
Elle se partage le département avec l'ADR qui gère l'ouest et la partie rurale du département.
Deux pôles existent à l'ADIAF :
1) le pôle enfance et famille avec deux axes principaux :
* une action sociale et familiale encadrée par une circulaire de la CAF qui définie les modalités de fonctionnement
Des TISF et auxiliaire de vie qui interviennent au domicile
C'est un soutien aux familles quand un événement temporaire et ponctuel survient : grossesse, naissance, maladie d'un parent, d'un enfant, une séparation, le retour à l'emploi dans une famille monoparentale : des motifs clairement définis. La parentalité n'est pas un motif annoncé par la CAF. Dans les faits les TISF font cet accompagnement et suivent des parents porteurs de handicap mais comme cet accompagnement n'est pas financé elles le font entrer dans les "cases" des missions définies par la CAf pour être financé.
Elles font du soutien au fonctionnement : lessive, courses, ménage
Les TISF font du soutien à la parentalité mais pas à proprement parlé comme une mission définis. Elles le font au travers de gestes de la vie quotidienne avec des gestes de nursing et autour des questions parents-enfants dans les actes pratiques.

* La protection de l'enfance gérée par la métropole
Se sont des mesures d'accompagnement éducatif (MAE)
Un étayage de la vie quotidienne fait par des auxiliaire de vie en direction des enfants mais pas d'intervention directe auprès d'eux
Dans ce cadre les TISF font du soutien à la parentalité par du nursing et de l'organisation au logement : la priorité est donné à la relation parent -enfant et dynamise la famille.
C'est un soutien pour prévenir un placement.
2) Le pôle âge et handicap :
Dans ce pôle pas de soutien à la parentalité même si il y a un accompagnement social.

Fonctionnement :
Les méthodes employées sot celles de l'éducation populaire : faire prendre conscience des compétences de la personne accompagnée et s'appuyer sur le quotidien.
Les intervention sont de 3 à 4h de suite pour être dans la réalité de la famille et pour construire une relation de confiance. la TISF est dans le rythme de la famille. elle ne va pas réveiller un B qui dort pour lui donner le bain mais va rester le temps suffisant pour qu'au réveil du BB il est son bain. d'où un temps long au domicile.

le financement :
La porte d'entrée pour une intervention est la CAF pour aider une vulnérabilité. il y a alors 6 mois d'intervention en moyenne financé avec une participation des familles avec un barème allant de 0.26 euros à 1.88 euros de l'heure.
Le financement est plafonné selon les ressources de la famille.
Quand il y a une naissance dans une famille PADI il peut y avoir un accompagnement mais c'est souvent l'orientation vers la PMI qui peut co-financer l'action avec également une participation de la famille (sauf pour les situations d'exclusion)

Le public concerné par le projet handicap et parentalité :
La maladie psy ou parents malade psy font bouger les limites de leur intervention. Elles en accompagnent peu actuellement.
Les PADI : les TISF se trouvent dans la limite de la prise en charge et passent le relais les premiers mois de l'enfant à la PMI ou les unités mère-BB
Si les PADI rencontrent des difficultés éducatives et qu'il n'y a pas de financement CAF possible l'ADIAF oriente vers l'ASE.

CR de la rencontre avec Mme Lirola : les idées de partenariat / les dispositifs existants, innovants / le lien potentiel avec le collectif ...
- Attente d'une convention 2018-2022 avec une ouverture vers le handicap.

- La CAF a un dispositif de péri-natalité avec une évaluation des risques dépressifs.
C'est un réseau nationale.
Des TISF spécialisées bénéficient d'une formation PICKLER-LOCZY.
Une intervention précoce est menée pour observer et mettre en place des actions sur le premier lien mère-BB.
l'intervention es préconisée vers des familles repéré par les maternités ou la PMI.
L'instauration du premier lien mère-B est l'axe principale de l'intervention : l'idée étant de valoriser les compétences parentales en s'appuyant sur l’observation (en lien avec la formation spécifique) pour la sécurité intérieur du BB.
Une prise ne charge est faite à 100% pour 100h.
Ex : accompagnement du bain pour un portage ferme : pour faire baisser l'angoisse de la mère sur ce temps là.
Une mise en réseau avec le soin peut-être proposé.
Cela touche principalement les parents malades psy mais aussi des déficients intellectuels. La propension de cette population est moins importante. Pour celle-ci il y a souvent une réorientation vers la PMI.

- L'ADIAF intervient principalement au domicile mais aussi dans des CHRS
* FJT Villeurbanne qui fait de l’accueil mère-enfant avec des temps collectif sur la parentalité
* La charade
* La croisée
* Le vif-fil de Villeurbanne
* CEFR Feyzin
* "L'acceuil" de Villefranche

- Les orientations faites à l'ADIAF :
*USAP d'HFME qui gardent les mères et les BB 10 jours après la naissance pour une obseration lorsqu'il y a une inquiétude
* Les unités mère-BB
* La PMI
* Les maternités

- L'accompagnement au lien mère-BB se fait par différents axes :
* le portage
* les vocalises
* l'alimentation
* le bain
* ...
La question matériel est prise en compte avant l'arrivée du BB avec un accompagnement à l'aménagement par exemple.
Pour rassurer la mère des trucs et astuces sont donnés par les TISF.
L'idée est aussi de laisser se reposer la mère qu'elle est un temps pour elle. La TISF peut sortir avec le BB, aider la mère à s'organiser du temps pour qu'elle aille chez le coiffeur par exemple.

- La fin de la prise ne charge n'est pas définie.
Un soutien peut-être apporté à tous les âges de la vie.
La question de l’accompagnement à long terme pose question à l'ADIAF.
Pour la limite de l'âge de l'enfant il faut poser un cadre c'est une des missions de l’intervention de l'ADIAF (3-4 ans) mais ensuite des difficultés peuvent encore être présente.

- Il y a un vide au niveau de la MDPH sur la question de la parentalité.
Les idées du moment sont tournées vers le répis et les paires aidants.

- Question de la limite du champ de compétences de l'ADIAF : des synthèses permettent de croiser les regards et de compléter les observations, idées... chacun peut alors intervenir dans son champ de compétence.

- l'Idée d'un lieu ressource pour les parents est en création.
Peut-être une création de groupe de parents?
Tous cela en éducation populaire

- Aujourd'hui une action collective est organisée par es sorties mais le travail de la mise en réseau des personnes accompagnées est à développer.
La mise ne réseau se fait également par le fait d'aller vers les centres sociaux.
Par contre tout ce qui n'est pas au domicile n'est pas financé ce qui met une limite aux actions de l'AF dans ce sens.

- Idées :
1) Questionner :
* les responsables du secteur sur la parentalité
* Les pédo-psy qui y sont confrontés
* les UMD
* L'unité mère-BB de Natécia

2) Faire part de notre projet au groupe naissance de la PMI où Mme Lirola siège le dernier vendredi du mois ?
C'est une cellule de coordination.
Des situations cliniques y sont exposées.
Des travaux sur des thématiques sont proposés et des partenaires présentés.
C'est le DR Chevagnant qui coordonne cette cellule.

3) Se mettre en lien avec le Copil' Péri-nat'
C'est un observatoire qui est mis en place sur Lyon dt un volet est consacré au handicap.

emilie

Messages : 37
Date d'inscription : 08/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum