Préparation interview COPA besançon

Aller en bas

Préparation interview COPA besançon

Message par CamilleV le Lun 23 Avr - 15:54

COPA Besançon : préparation des questions


1) Cadre institutionnel / historique

En 2001, des groupes de réflexion sont mis en place, qui lient le SASP de l’Adapei, le CAMSP et le SESSAD, de même que les service de la PMI.

Ces groupes s'organisent autour du constat d'une "augmentation importante du désir de maternité et de paternité" :  à quoi cette augmentation est-elle due selon vous, par quoi l'expliquez-vous ? Comme un facteur qui par exemple témoignerait de l'avancée ou du succès des politiques d'intégration ?

L'idée des groupes de réflexion est-elle alors de chercher à légitimer cette question du désir, comme désir qui doit faire l'objet d'une réponse sociale ?

Comment s'organisent ces groupes de réflexion ? Qui les préside et les anime ? Sur quelles ressources ils s'appuient ou sur quelles expertisent ? Avec quelle régularité ?

Question subsidiaire : nulle part je n'ai trouvé la mention de l'existence du SASP de l'Adapei : existe-t-il encore ?

En avril 2007, un dépôt de dossier est fait au Conseil Général, qui propose un projet expérimental fondé sur l’étude de besoin réalisée par ce groupe parentalité.

Comment s'organise cette étude de besoin ? Qui la mène ? Avec quels outils ? Une étude statistique, une étude de terrain auprès des usagers ?

A ce moment-là qu'est-ce que révèle l'étude de besoins ? Quels sont les problématiques qu'elle relève ? Combien de personnes sont concernées et sur quelle étendue territoriale ?

Quel axe de défense prévaut : la question de la compensation du handicap ou la protection de l'enfant ? Quel argument s'avère décisif dans la décision du Conseil général de soutenir cette initiative ?

Aujourd'hui quelles sont selon vous les attentes des financeurs ? Quels sont les objectifs de réussites fixés ?

Actuellement, la CoPa se compose d’une dizaine de professionnels issus de 6 services: CAMSP, PMI, SAVS, SESSAD, ASE et ELIAD. La richesse de ce partenariat est soulignée.

Pour notre part nous relevons surtout l'originalité d'un croisement entre les dispositifs relevant du handicap et ceux de la protection de l'enfance. Certaines des structures que nous avons contacté ont préféré disjoindre ces deux dimensions pour centrer leur effort sur la dimension non-stigmatisante de leur action. Quel est selon vous le gain de ce partenariat ?

2) Un lieu ressource pour les professionnels

Peut-être que la grande singularité de votre dispositif est qu'il semble d'abord se définir comme un lieu ressource pour les professionnels qui ont à accompagner des parents porteurs de déficience intellectuelle, même si via les "matinées famille" un lien direct est établi avec le public concerné.

D'abord est-ce une description exacte de votre fonctionnement ?
Ensuite pourquoi avoir privilégié ce système de groupe ressource sur la création d'un service intervenant directement auprès des personnes, en coordination ou en place des autres services ? Est-ce considérer que l'offre d'accompagnement direct suffit, mais qu'il s'agit juste de lui apporter une certaine plus-value par la sensibilisation des professionnels, l'aide à la bonne coordination des services, et l'apport d'une aide pratique et réflexive ?

Il est dit que ce lieu ressource "s’adresse à tous les professionnels du département du Doubs".

Sauriez-vous nous délivrer une estimation moyenne du nombre de situations suivies par an par votre service ? Est-ce que ce nombre correspond à la totalité des situations de parentalités "difficiles" sur votre territoire ? Et sinon quelle différence de ratio ?
A quel moment de l'accompagnement à la parentalité des personnes les adultes sous sollicitent : dès le désir de grossesse, lors de la grossesse, quand l'enfant est né, quand l'enfant est déjà un peu âgé ?
Dans quelle motivation ces professionnels viennent-ils vous consulter ? S'agit-il pour eux de mesurer les compétences parentales ? De protéger l'enfant né ou à venir ? D'alerter sur une situation de parentalité à risque ?
Avec quelle problématique arrivent-ils ? Celle du logement ?
Les parents sont-ils informés que leur situation est mise au travail dans votre service ? Par quels biais les sont-ils, s'ils le sont ? Peuvent-ils vous solliciter directement sans passer par des professionnels ? Est-ce déjà arivé ?

Il semble qu'un de vos outil qui marque votre originalité soit les matinées consacrées à des "études de situation".

En quoi consistent-elles et qui y assiste ?
Quelle est leur finalité ?
Comment à partir de celles-ci s'organise le travail des professionnels ?
Y a-t-il un suivi régulier des situations et cette réunion est-elle le seul espace de suivi des situations ? Les professionnels peuvent-ils vous consulter en dehors de ces moments ?

Serait-il possible d'en savoir un peu plus sur la manière dont vous communiquez autour de l'existence de votre service ?

Est-ce que c'est à tort qu'on imagine que le dispositif est d'abord utilisé par les professionnels de l'ADAPEI, ou le COPA est-il parvenu à apparaître comme une instance mobilisable par tous ? Comment êtes vous connus ? Quel est votre réseau ? Vos partenaires ? Quels sont vos outils de communication ? Menez-vous des actions de formation auprès des écoles d’éducateurs ?

3) Les parents et leurs enfants

Sur le site internet, dans la partie dédiée à l'historique du dispositif, il est dit que les intervenants du SESSAD et Du CAMSP constataient une "prise en compte tardive d’enfants nés de parents déficients intellectuels" :

Avez-vous aujourd'hui des éléments d'explication qui éclaireraient ce facteur ? En effet il y a là une sorte de contradiction, du moins en apparence, entre un public qui fait l'objet d'une forte mobilisation de la part du secteur de l'accompagnement social, et ce défaut de prise en compte. D'où ça vient : des parents eux-mêmes ?

Nous avons pu voir que les situations traitées se limitaient aux familles dont les enfants avaient entre 0 et 6 ans.

Pourquoi cette limite ? Et après quand l'enfant grandit ? L'adolescence n'est-elle pas aussi problématique, sinon plus ?

Pouvez-vous nous parler de la "matinée des familles" ?

Comment les familles sont-elles amenées à participer à ce dispositif ? Qui les oriente ? Est-ce les familles dont la situation a été mise au travail lors des études de situation ?

Comment ces temps s'organisent ? Où ? Quand ? Avec quelle régularité ?

Quelles sont les problématiques les plus souvent rencontrées par les parents dans leur rapport à leurs enfants ?

A quels outils de médiation faites-vous appel lors de ces temps ?

Comment vous assurez-vous que les "habiletés parentales sont maintenues et reproduites hors action" ?

Est-ce que ces lieux sont aussi compris comme des lieux de dépistage des risques ?

4) Bilan de l’action

Quel est le bilan de votre activité ? Quels sont les outils pour l’établir ? Quels critères sont évalués ?

CamilleV

Messages : 38
Date d'inscription : 05/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum